Contactez-nous !

 

Vous avez une bonne plume ?

Vous êtes un artiste, une maison d'édition, un label, un centre d'arts ?

Nous sommes toute ouïe !

438-794-0117

Inside & Somewhere Else

Blog artistique

Clara Furey: When even the, quand même le...

Danse/Performance

Clara Furey: When even the, quand même le...

nelson mederik

image002.jpg

 

When Even The est un cycle de performances chorégraphiées et interprétées par Clara Furey, inspirées par le poème éponyme de Leonard Cohen. Dans cette œuvre de 90 minutes, qui sera exécutée pendant 90 jours en présence de la sculpture de Marc Quinn, Coaxial Planck Density, Clara Furey s’engage dans une réflexion existentielle sur la mémoire, le passage du temps et de la mort, des thèmes majeurs dans l’œuvre de Cohen. (Extrait des informations du MAC)

 

Clara Furey, vulnérable, forte, elle me touche.

 

La pièce sombre et le rythme hypnotique de la musique de Tomas Furey nous plongent immédiatement dans l’intensité. Projetée sur un mur, en vidéo, Clara nous accueille à travers des fragments spastiques de son œuvre. Un faisceau de lumière, dirigé au centre de l’espace, éclaire le corps moulé de Marc Quin, qui repose aplati au sol, sous le poids de son plomb. La sculpture Coaxial Planck Density attend patiemment sa partenaire.

 

Furey, vêtue d’un jean, fait son entrée dans une demi-nudité qui dépasse celle du corps. L’artiste s’allonge au pied de la carcasse masculine et doucement, un souffle après l’autre, nous entraîne dans son monde. Une microgestuelle creuse des sillons de sensualité sur le dos de la jeune femme, semblables aux chemins que nous offre la vie.

 

 © Michael Putland

© Michael Putland

 

Initiée par la respiration, sa gestuelle minimaliste et lente devient presque méditative au fil de sa performance - phénomène qui nous amène à vivre le mouvement dans un moment de pleine conscience. Parfois perceptible, un regard se dissimule derrière sa chevelure couvrant son visage. Une force, une peur ou peut-être l’instinct animal.

 

Furey nous observe, sa présence déconcertante guide le public dans une immanence transcendante. Sa proximité physique, son écoute, provoque l’invitation à prendre part à son expérience. Pendant de brefs moments, un lien se crée... à vous de le saisir ou non. Au bout de quatre-vingt-dix minutes d’expérience terrestre et charnelle, il ne reste plus que de légers battements de cœur. Le son de la vague sur laquelle nous souhaitons tous un jour de surfer.

L’âme résiliente s’affranchit de son humanité et se souvient enfin.

 

Une interprétation juste, d’une performance quasi spirituelle, qui exige toute notre attention. Une œuvre touchante, interprétée d’une intuition de maître.

 

Il est encore temps de partager cette expérience avec Clara Furey et de vivre votre propre interprétation existentielle. Présentée au MAC de Montréal jusqu’au 9 avril prochain. Consulter le calendrier pour l’horaire des représentations.

Maryse Belley